Sélectionner une page

Il fallait sans doute être un peu fou pour se lancer dans un tel projet. Mais on a bien fait de l’être !

Tout a commencé fin octobre, alors que Laura et Lucas, les secrétaires fédéraux des Jeunes Écologistes devaient rencontrer un membre du cabinet de Christiane Taubira. Depuis quelques mois, Christiane Taubira avait entrepris de se rapprocher d’associations, de la société civile et des mouvements de jeunesse de gauche.

En plus de rencontres régulières avec un membre de son cabinet, il nous avait été proposé d’organiser un événement de notre choix avec Christiane Taubira et les Jeunes Écologistes devaient donner une réponse quant à cette proposition. Deux propositions sont alors avancées : une à Sciences-Po Paris et l’autre à l’Université de Paris 8 de Vincennes à Saint-Denis où les Jeunes Écologistes d’Île de France souhaitaient mener plusieurs actions en début d’année.

L'amphithéâtre X, vide, quelques minutes avant l'ouverture des portes.

L’amphithéâtre X, vide, quelques minutes avant l’ouverture des portes.

Christiane Taubira devait déjà se rendre à Sciences-Po dans les semaines à venir, on décide donc de privilégier la piste Paris 8. Nous n’avions alors aucune idée, je crois, de ce dans quoi nous nous embarquions : du dire de certains, jamais un-e ministre en exercice n’était venu à Paris 8 pour une conférence ou un rencontre avec les étudiants; encore mieux, le 31 octobre, la venue de Christiane Taubira à un événement semblable à Paris 10 – Nanterre organisé par l’UNEF se finit avant même d’avoir commencé par une intervention des CRS dans la FAC.

Le Comité Antiimpérialiste et l’AGEN expliquaient sur leur blog après coup pourquoi ils s’opposaient à la venue de la « Ministre des prisons », invitée par l’UNEF, « chien de garde du gouvernement et de la deuxième droite ».

Le risque que notre rencontre avec Taubira se finisse dans les mêmes conditions était important et la mobilisation depuis le début de l’année contre le plan de sécurisation renforçait nos inquiétudes. Il s’agissait donc de tout faire pour ne pas reproduire les erreurs commises à Nanterre.

 

L'amphithéâtre X tagué le matin même de la venue de Taubira

L’amphithéâtre X tagué le matin même de la venue de Taubira

Il fallait aussi que le projet corresponde à ce que les jeunes écologistes sont, à savoir un mouvement horizontal de libre débat, un mouvement qui essaye de faire de la politique autrement et de donner envie. Pas question pour nous d’organiser une conférence « verticale » sous la forme d’un cours magistral. Pas question non plus d’organiser cet événement entre nous, uniquement pour les adhérent-e-s des JE.

Très tôt, on a donc décidé de contacter des associations de Paris 8 susceptibles d’être intéressées par prendre part à l’organisation. Toutes n’ont pas répondu à l’invitation mais l’UNEF, l’UEAF (étudiants algériens), l’UEC (étudiants communistes), Oxygène (un syndicat de Paris 8) ou encore Eloquentia qui organise chaque année un concours d’éloquence sur Paris 8. Étant donné notre faible présence militante sur Paris 8, il aurait été impossible pour les Jeunes Écologistes d’organiser cet événement sans elles.

On a aussi cherché à trouver pour l’événement une forme originale, qui permette à chacun de pouvoir s’exprimer, sans pour autant tomber dans une succession monotones de questions et de réponse. Tout le monde a en mémoire les envolées lyriques de Christiane Taubira pendant les débats parlementaires pour l’ouverture du mariage aux couples de même sexe, capable de citer de mémoire des passages entiers d’Aimé Césaire, Nietzsche ou Léon Gontran-Damas. Pourquoi ne pas proposer aux étudiant-e-s de Paris 8 d’interpeller Christiane Taubira par un rap, un slam, une poésie ou une plaidoirie ? C’est ce que nous avons fait.

Puis tout s’emballe, à peine la date de la venue de Christiane Taubira confirmée par son cabinet, nous commençons à coller et à tracter les affiches et les tracts imaginés par Damien Hensens. La veille, les rendez-vous avec le cabinet de la présidence de l’Université, avec les équipes de Logistique, les services de sécurité de l’université, la préfecture de police et le SPHP mais aussi avec les organisations partenaires.

En moins de 24 heures, les équipes de l’Université se sont mobilisées pour préparer l’événement, mettre en place une captation et une retransmission de l’événement en direct dans un deuxième amphithéâtre. La veille au soir, alors que nous devions nous mettre d’accord sur les noms des animateurs de la rencontre et alors que nous souhaitions partager l’animation avec une organisation partenaire, celles-ci nous disent préférer que l’animation soit confiée à deux jeunes écologistes : Florence, la coordinatrice du groupe local d’IDF et moi-même.

Christiane Taubira, Antoine et Florence.

Christiane Taubira, Florence et moi.

La nuit qui précède l’événement, on a du mal à imaginer que tout ce travail pourrait être réduit à néant par un blocage, une intervention des forces de l’ordre, etc… Et sans le savoir, le cabinet de Christiane Taubira nous a évité de tels problèmes : la venue de Christiane Taubira a été avancée d’une demie-heure, à quelques heures de l’événement. Si bien que lorsqu’un groupe d’étudiants est arrivé à l’heure prévue pour empêcher la tenue de l’événement, ils ont tout simplement trouvé porte close, la rencontre avait déjà commencé depuis une quinzaine de minutes.

L’événement a pu avoir lieu dans les meilleures conditions possibles ! Des petits moments de grâce ont eu lieu aussi bien du côté des prises de parole dans la salle que dans les réponses de Christiane Taubira.


Christiane Taubira à l’Université de Saint-Denis par JeunesEcologistes

Quand les opposants au plan de sécurisation de Paris 8 ont pris la parole, par la voix de Sylvain, sous forme d‘un Slam, pour dénoncer les mesures mises en place par la présidence, je me suis dit que nous avions réussi notre pari : permettre à tou-te-s les étudiant-e-s qui le souhaitaient d’interpeller Christiane Taubira, montrer la richesse et le talent de Paris 8, souvent déconsidérés, et montrer que la créativité et l’art sont souvent plus efficaces que la violence !

 

Un beau moment donc !
Un moment qui n’aurait pas pu avoir lieu sans Jordan, Sarah, Louis, Florence, Victor, Gaston, les équipes de Paris 8 et les autres…

Merci !