Sélectionner une page

Bienvenue !

Bonjour,

ce blog n’est alimenté que de manière très occasionnelle. Entre deux articles, vous pouvez me retrouver sur Facebook, Twitter et LinkedIn.

J’écris aussi sur le site de la Souris Verte, le web-journal des Jeunes Écologistes (mes articles)

Je collabore (très occasionnellement) à Wikipédia sous le pseudonyme Tifeco76

A bientôt !

Nicolas Mayer Rossignol, j’aimerais voter pour vous mais…

Étudiant en Alsace mais continuant à voter dans ma région d’origine, j’ai voté dimanche dernier pour la liste Normandie Écologie. J’ai la chance de voter dans une région où le FN n’a que peu de chances de l’emporter dimanche prochain et où les listes de gauche qui ont annoncé leur fusion hier pourraient même l’emporter. Nicolas Mayer-Rossignol, vous êtes à la tête de cette liste de gauche unie, j’aimerais voter pour vous mais vous ne me facilitez vraiment pas la tâche.

Pour réussir à voter pour vous, je devrai d’abord essayer d’oublier le contexte national pour ne me concentrer que sur les enjeux régionaux :

  • oublier le détournement de l’état d’urgence à des fins purement politiciennes pour réduire les libertés et notamment museler les mouvements écologistes,
  • oublier l’absence d’ambition sociale (abandon du blocage des loyers, pas de réforme en profondeur des impôts…),
  • oublier le double jeu en matière écologique quand le gouvernement se présente comme le plus vertueux sur la scène internationale mais continue à soutenir en France des projets d’aéroports, d’autoroute ou de LGV inutiles qui détruisent l’environnement
  • oublier les déclarations du premier ministre que vous soutenez sur les Roms qui « ont des modes de vie extrêmement différents des nôtres et qui sont évidemment en confrontation » (un peu comme s’il était dans leur nature d’habiter dans des bidonvilles) et « ont vocation à retourner en Roumanie »
  • oublier l’absence de toute politique de lutte contre les discriminations raciales ethniques et religieuses.

Mais les élections de dimanche sont des élections régionales et j’ai décidé de faire abstraction, un temps, de la politique nationale pour me concentrer sur les questions régionales. Parce que les politiques de la région en matière de culture, d’éducation, d’agriculture, de soutien à l’économie ou à l’environnement sont très importantes, je préfère que vous soyez président de région avec une majorité à laquelle participent le Front de Gauche et les Écologistes, plutôt que ce soient l’union de la droite ou le Front National qui l’emportent. En toute logique, j’aimerais voter pour vous mais, encore une fois, vous ne facilitez vraiment pas la tâche.

Tout d’abord, la composition de votre liste ne m’y aide pas. Alors que le respect de la parité m’est cher, toutes vos têtes de liste départementales au premier tour étaient des hommes. Vous ne vous êtes pas non plus embêté avec le renouvellement. Sur la liste de Seine Maritime par exemple, sur les 20 premières personnes de la liste, 18 ont déjà un autre mandat d’élu. On retrouve des maires, des conseiller-ère-s régionaux-ales sortant-e-s, deux députées, etc. Et c’est la même chose sur toutes vos listes. Votre majorité au Conseil Régional, si vous l’emportez, sera donc essentiellement composée de cumulards… pas très avenant !

Vous ne semblez pas non plus avoir voulu éliminer les conflits d’intérêt qui pourraient exister sur votre liste puisque vous avez décidé de présenter comme tête de liste dans l’Eure, le maire de Val-De-Reuil, Marc-Antoine Jamet, qui s’avère être aussi Secrétaire Général du groupe LVMH. Pendant la dernière mandature, Marc-Antoine Jamet a été Vice-Président de la Région Haute-Normandie chargé de l’Économie. Comment puis-je être sûr qu’il n’utilise pas ses mandats d’élus au profit de son entreprise, quand on sait à quel point l’industrie de luxe est importante en Normandie ?

Au moment de la conclusion de l’accord d’entre deux tours, vous auriez pu faire des gestes importants vers les écologistes en prenant vos distances vis-à-vis des grands projets inutiles et imposés (GP2I) comme a pu le faire votre homologue en Aquitaine-Poitou-Limousin qui s’est engagé à ne pas financer une LGV inutile. Malheureusement, je ne vous ai pas entendu prendre position contre le projet de Contournement Est de Rouen ou contre le tronçon de la LNPN entre Rouen et Yvetôt, alors même que ce dernier projet est très critiqué dans vos rangs. Il n’est pas trop tard pour prendre position !

Enfin, cerise sur le gâteau, vous avez invité à votre grand meeting de fin de campagne l’actuel ministre de l’intérieur Bernard Cazeneuve. Cet homme symbolise tout ce que les écologistes peuvent reprocher au parti socialiste. En 2011, c’est lui qui, après la signature d’un accord électoral entre EELV et le PS, avait reçu un coup de fil d’Areva lui demandant de faire retirer du texte un paragraphe qui leur déplaisait. C’est celui qui, alors même qu’il a choisi de faire monter la tension entre les policiers et les militants écologistes et zadistes à Sivens, n’a jamais fait part du moindre regret ou de la moindre autocritique après la mort de Rémi Fraisse. C’est enfin celui qui, depuis un mois bientôt, interdit les manifestations pacifistes sans raison, organise des perquisitions et met à résidence des militants politiques et laisse se dérouler de nombreuses bavures lors de perquisitions administratives… C’est à se demander si vous voulez vraiment gagner cette élection régionale !

Nicolas Mayer-Rossignol, j’aimerais voter pour vous mais vous ne me facilitez pas la tâche. Il vous reste moins d’une semaine pour me convaincre de le faire.

Antoine, électeur à Maromme (76)

Panorama XXL : et ils n’ont même pas honte !

Panorama XXL : et ils n’ont même pas honte !

Je profite des vacances pour publier un petit article sur ce qui se cache derrière le panorama XXL inauguré à Rouen.

Mardi 16 décembre 2014, tout ce que Rouen et ses alentours compte de plus mondain se pressait sur les quais rive droite pour inaugurer la nouvelle attraction de la ville, financée par la Métropole, la Région Haute-Normandie et la Matmut (ça c’est sûr, la Matmut, elle assure !).

La trouvaille de nos élus est la suivante : un panorama !

 

Dujardin

Bonne idée, me direz-vous ! Admirer des paysages depuis un point surélevé, ne fait-ce donc pas partie de ces plaisirs simples qui ne coûtent rien ? Pas du tout ! Il s’agit d’un panorama d’un tout autre genre. Imaginez une grosse boite de conserve bleue d’environ 35 mètres de haut (la taille d’un immeuble de 7 étages) posée en bordure de seine. A l’intérieur de la boite de conserve, une grande toile en plastique sur laquelle a été imprimée une reproduction de Rome en 312 après JC. Au milieu, une petite tourelle en béton pour que vous puissiez observer la toile d’en haut.

Admirez plutôt :

N’importe quelle personne de bon-sens jugera qu’on aurait pu trouver un meilleur endroit pour poser la boite de conserve. Malheureusement, comme trop souvent avec la Métropole, on ne leur a  absolument pas demandé leur avis !

Comme le hasard fait bien les choses, Libération organisait le même jour un forum de débats intitulé « La France des métropoles, demain les villes mondiales » dont l’une des tables-rondes s’intitulait « Où sont les citoyens ? » et à laquelle participait Yadegar Asisi, l’artiste allemand qui a conçu le panorama XXL de Rouen. Ce dernier a recommandé «d’associer plus étroitement les citoyens et les artistes». Ironique, non ?

Lire l’article « Citoyen, le petit gars du fond de la salle »

Si l’absence totale de concertation sur le projet de panorama XXL préfigure ce qui se passera dans les 11 métropoles qui verront le jour le 1 janvier prochain, ça sent mauvais ! On peut imaginer que les citoyen-ne-s auraient aimé donner leur avis sur ce projet qui a couté pas moins de 3,5 Millions d’€ et défigure durablement le paysage rouennais. Le nombre inhabituellement élevé de commentaires sur les articles qui parlent du panorama en atteste (ici ou ici).

Le rayonnement culturel avant tout

Mais le plus inquiétant avec le panorama n’est sans doute pas le manque de démocratie mais le modèle de politiques culturelles véhiculé par ce type de projet. Sur le site de la métropole, on peut lire au sujet du panorama :

Sa vocation est d’ouvrir la culture à tous, de faire vivre une expérience inédite et unique. Il accroîtra le rayonnement culturel et touristique de Rouen, métropole du Nord-Ouest de la France et capitale de la Normandie.

Pour ce qui est de la culture pour tous, on est en droit d’exprimer quelques doutes. Avec un tarif d’entrée à 9,50€ (tarif plein) et 6,50€ (tarif réduit), le panorama ne s’adresse pas franchement aux plus modestes.

Pour ce qui est du rayonnement culturel et touristique, aucun doute. Il s’agit bien de jouer à « Qui a la plus grosse ? » avec les autres villes de France. Depuis quelques années, la question de l’attractivité semble devenir centrale dans les politiques culturelles de la ville de Rouen, de la métropole, du département et de la région, aux dépens d’une culture de proximité, pour tou-te-s et par tou-te-s.

Ces dernières années, on a en effet assisté à la mise à mort de nombreux projet culturels existants de longue date :

– le Pop Symphonique, un orchestre de jeunes de 12 à 22 ans qui donnait des concerts gratuits dans de nombreuses communes de l’agglomération et dont les subventions ont été coupées en mai dernier.

-le festival des Transeuropéennes, un festival de cinéma, musique, conte, danse et théâtre qui proposait des spectacles gratuits dans toute l’agglomération et des projets de long terme avec des établissements scolaires et dont la dernière édition a eu lieu en 2012

– le festival du cinéma nordique (en 2010) et le cinéma d’art et essai Le Melville, dont la liquidation a été prononcé fin septembre 2014.

– le festival « Automne en Normandie » qui accueillait des spectacles de très grande qualité que les petites salles de la région n’auraient jamais reçus sans le festival et dont la dernière édition s’est achevé il y a un mois.

… et la liste pourrait continuer (H20, etc..)

Dans le domaine du théâtre, on a aussi assisté à un mariage surprenant entre le Théâtre des Deux Rives (Centre Dramatique Régional) et la Scènationale (scène nationale) dont les missions et les programmations étaient très différentes, ce qui permettait une vraie diversité théâtrale dans l’agglomération. Les deux salles ont été fusionnées pour créer un Centre Dramatique National, plus gros, dans le but affiché, encore une fois, de renforcer l’attractivité de l’agglomération.

Certains projets avaient des défauts qui méritaient d’être corrigés mais pour les collectivités locales socialistes, en période d’orthodoxie budgétaire, tout ce qui n’a pas d’intérêt économique n’a pas lieu d’être.

À la place, les collectivités locales ont développé de grosses structures qui captent une grande partie des subventions : une Salle des Musique Actuelles, les concerts de la région, Historial Jeanne d’Arc, Normandie Impressionniste, etc…  Tout n’est pas à jeter dans ces projets, loin de là, mais on peut s’interroger sur le fait que des projets si peu divers captent tant d’argent.

 

Peut-on faire autrement ?

Et bien oui ! C’est qui semble se dessiner à Grenoble. La ville, victime elle aussi des baisses de dotations aux collectivités locales, a en effet préféré réduire sa subvention à un mastodonte culturel dont le principal but est le rayonnement économique plutôt qu’à des petites compagnies locales qui n’auraient pas survécu. Forcément, un géant auquel on coupe un ongle fait plus de bruit qu’un insecte auquel on coupe les pattes. Mais on verra bien, à la longue, si ce choix s’avère payant.

Lire l’article « Sans le sou, Grenoble joue le choc des cultures »

 

My candidacy to Global Young Greens

My candidacy to Global Young Greens

From July 10th to July 14th, FYEG GA takes place in Strasbourg. I’m candidating to join the Global Young Greens Steering Committee. Here is my motivation letter :

 

Dear Member Organisations representatives,

During the next FYEG General Assembly, I want to candidate to become a member of the Global Young Greens Steering Committee.

As the international officer of the French Young Greens, Jeunes Écologistes, for the past year, I have seen how difficult it could be to mobilise beyond borders. Since September 2013 and the World Car Free Day, GYG hasn’t been able to mobilise its member organisations and is now falling asleep. I think we need a strong long term project to involve the member organisations as much as possible and I think COP 21 could be this long term project.

In November 2015, Paris will host the Climate Change Negociations COP 21. In order to make a success of this Conference, we need the strongest mobilization of the Civil Society. In Paris, local and national organisations start to coalize to organise the Civil Society Mobilisation before and during the COP, including the COY (Conference of Youth). It’s crucial to have a strong link between these local and national coalitions and the international networks that are present in every COP. As a Jeunes Écologistes representative, I’ve started to work within these coalitions and I want to put this at the service of GYG.

As a GYG SC member, I want to work on mobilising the GYG member organisations for COP 21 through common actions, fundraising to allow activists from the whole world to come in Paris, building a bridge between local, national and global organisations.

In order to do so, I need your vote and I hope you will give it to me during Strasbourg General Assembly next month.

Green Greetings,

 

Antoine Tifine

 

Downloads :

My CV
Letter of Support from Cyprus YG
Letter of Support from Grüne Jugend
Letter of Support Jeunes Ecologistes
Letter of Support Joves d’Esquerra Verda (Catalonia)
Letter of Support Junge Grüne (Austria)

Rouen : Pourquoi les écologistes peuvent gagner.

Rouen : Pourquoi les écologistes peuvent gagner.

Depuis quelques semaines, la rumeur court dans Rouen et même jusque dans la presse. Tout le monde parle de plusieurs sondages, commandés par le Parti Socialiste ou l’UDI, qui placeraient la liste citoyenne et écologiste menée par Jean-Michel Bérégovoy en tête au premier tour des Élections Municipales des 23 et 30 Mars prochains.

Lorsque j’en ai parlé à plusieurs ami-e-s qui n’ont pas eu la chance d’être rouennais, tou-te-s avaient l’air surpris-es. Si l’on cite souvent des villes comme Grenoble ou Rennes comme étant des villes à la fibre écolo, Rouen ne fait habituellement pas partie de la liste. Je vais donc essayer de leur expliquer, dans cet article, pourquoi les écologistes peuvent gagner à Rouen.

stickers-vert

 

Le contexte municipal

La Capitale de la (Haute-)Normandie est une ville de quelques 111 000 habitants, au cœur de la 12ème unité urbaine de France (450000 habitants). Petite ville au cœur d’une grosse agglomération très industrielle, elle fut un véritable bastion centriste entre 1945 et 1995, avec notamment Jean Lecanuet (UDF), maire de 1968 à 1993. lire plus…

En bref : Arnaud Montebourg sur le traité TAFTA

En bref : Arnaud Montebourg sur le traité TAFTA

Pour la deuxième émission du type organisée par Europe 1, « Le Grand Forum », une personnalité politique pendant 1h30 face aux auditeurs d’Europe 1, j’ai été amené à poser une question sur TAFTA, le traité de libre échange transatlantique, que sont en train de négocier la Commission Européenne et les États Unis.

Les autres sujets sur lesquelles j’avais préparé des questions (Europe, Gaz de Schiste, Nucléaire..) étaient déjà passés et il ne me restait plus que celle-ci :

 

Pour en savoir plus sur TAFTA, allez jeter un coup d’œil à la super infographie des Jeunes Écolos sur le sujet !

Et pour écouter l’émission dans son intégralité, c’est par ici !

 

Photo : @Audrey_Seigneur

Licenciement chez Véolia – Garantie Universelle des Loyers : mêmes causes, mêmes conséquences ?

Le licenciement par Véolia en Avril 2013 d’un salarié chargé de couper l’eau chez des usagers en cas d’impayés et dont l’audience aux prud’hommes a eu lieu jeudi dernier (16 janvier) au Palais de Justice d’Avignon a eu au moins un mérite : celui de mettre en lumière un des problèmes que pose le la délégation au privé d’un service public tel que l’eau.

 

En effet, Véolia se retrouve dans une situation qui, apriori, ne devrait pas être celle d’une entreprise privée, à savoir celle de devoir prendre la décision de priver une famille d’un bien essentiel, l’eau, lorsque celle-ci ne paye pas ses factures. L’entreprise se retrouve alors juge de la bonne foi des usagers.

 

La salarié licencié, Marc, avait refusé à de nombreuses reprises de couper l’eau de foyers qu’il jugeait de bonne foi mais en réelle difficulté financière alors que sa hiérarchie les considérait comme des mauvais payeurs. « Les gens n’étaient pas tous des mauvais payeurs, explique-t-il sur France Bleu. (…) Des fois, j’arrivais chez les gens, il n’y avait plus rien dans l’appartement, le frigo était vide et il y avait des enfants. Comment est-ce que vous voulez couper l’eau ? »

lire plus…

On a invité Chritiane Taubira à Paris 8 !

On a invité Chritiane Taubira à Paris 8 !

Il fallait sans doute être un peu fou pour se lancer dans un tel projet. Mais on a bien fait de l’être !

Tout a commencé fin octobre, alors que Laura et Lucas, les secrétaires fédéraux des Jeunes Écologistes devaient rencontrer un membre du cabinet de Christiane Taubira. Depuis quelques mois, Christiane Taubira avait entrepris de se rapprocher d’associations, de la société civile et des mouvements de jeunesse de gauche.

En plus de rencontres régulières avec un membre de son cabinet, il nous avait été proposé d’organiser un événement de notre choix avec Christiane Taubira et les Jeunes Écologistes devaient donner une réponse quant à cette proposition. Deux propositions sont alors avancées : une à Sciences-Po Paris et l’autre à l’Université de Paris 8 de Vincennes à Saint-Denis où les Jeunes Écologistes d’Île de France souhaitaient mener plusieurs actions en début d’année. lire plus…

Des caméras et des vigiles à Paris 8 ?

Les médias en parlent ici, , et aussi , le « plan de sécurisation » de la direction de Paris 8 (ma fac) fait débat…

 

Mais de quoi s’agit-il ?

Il est peu dire que Paris 8 a une tradition d’ouverture. Fondée en 1969 dans la foulée des revendications de Mai 68, le Centre expérimental de Vincennes avait pour but d’expérimenter de nouvelles pédagogies, de nouveaux rapports entre étudiants et professeurs. Pas de besoins d’avoir de baccalauréat pour y entrer, pas non plus besoin d’avoir des papiers. La Fac se veut ouverte à tou-te-s. En 1980, l’université subit un déménagement forcé vers Saint Denis. La fac change mais demeure ouverte vers l’extérieur. La vie associative y est particulièrement riche.

Aujourd’hui encore, Paris 8 accueille 35% d’étudiants étrangers (contre 15% à l’échelle nationale), beaucoup d’étudiants salariés, de précaires, des gens qui viennent de tous types de bac. C’est un melting pot génial où des personnes de tous horizons bossent ensemble !

Mais forcément, comme sur tout campus, ça peut déraper. On parle de trafic de drogues, de vol et d’agressions. Je dis bien « on parle » parce que j’imagine qu’il ne doit pas y en avoir beaucoup plus qu’ailleurs et personnellement, je n’en ai jamais été témoin… Certains personnels de la fac ressentent un sentiment d’insécurité, et c’est pas normal.

Arrivée en 2012, la nouvelle présidente a décidé de s’attaquer à ce « problème » de l’insécurité à la fac. Quelques mois plus tard, après avoir consulté les représentants des différents usagers de la fac, elle accouche de deux documents : un plan de sécurisation de Paris 8 et un nouveau règlement intérieur. lire plus…

Dans le public d’Europe 1 Midi #1

Une première pour moi lundi midi, je suis allé me glisser dans le public d’Europe 1 Midi


L’écologie est-elle un prétexte pour augmenter… par Europe1fr

J’ai pu posé une question à Guillaume Garot, ministre de l’agroalimentaire au sujet de la « crise bretonne » mais aussi réagir à l’actualité du jour : Écotaxe, Galère du logement, plan Zéro perturbateurs endocriniens de NKM et intervenir dans le débat « L’écologie est-elle un prétexte pour augmenter les impôts ? » auquel participait notamment Yannick Jadot. lire plus…